Si l’analyse transgénérationnelle permet un apaisement des souffrances des descendants de migrations passées, comment intervenir « en amont » de la formation d’une crypte, d’un fantôme ?

Détails de l'événement

Barbara Mourin est formée à la clinique interculturelle à l’Université Paris 13 à Bobigny (Diplôme Universitaire en psychiatrie transculturelle). Clinicienne depuis 2008 en clinique interculturelle, elle applique aussi les grilles de lecture de l’analyse transgénérationnelle (formée à l'institut Généapsy) sur l’histoire migratoire dans les trajectoires de vie.

Lors de cette soirée, Barbara mènera une réflexion qui se situe à la croisée de deux chemins d’accompagnement clinique (transculturel et transgénérationnel) et viendra partager avec nous son expérience sur l’accompagnement qu'elle réalise (voir son article) depuis plus de quinze ans, auprès de personnes migrantes fraîchement arrivées sur le territoire belge et qui, dans leurs valises invisibles, emportent avec elles le souvenir et la trace d’événements douloureux, qui leur semblent parfois difficilement surmontables.

Lors du débat qui suivra la visioconférence, la députée wallonne Joelle Kapompole, d’origine congolaise et rwandaise, viendra étayer cette réflexion en témoignant sur l’exploration de son histoire familiale intimement mêlée à la colonisation et à la migration postcoloniale et sur les apports de son processus d’analyse transgénérationnelle.

Modalités d'inscription

Inscription en ligne

Organisateur

Geneasens

Date

Jeudi 31 mars 2022 à 19h30

Lieu

En ligne

Public

Tout public

Coût

10 € HTVA