Crises d’angoisses, regrets amers, … voilà dans quel état je me trouvais quotidiennement de longues années après ce foutu pas de travers… Tout était pourtant bien terminé, plus une once de sentiment à l’égard de cet autre homme que mon mari, plus aucun contact. Le fait de savoir que ces crises d’angoisse venaient de cette aventure extraconjugale n’enlevait en rien cette culpabilité envahissante et ne diminuait pas ma détresse. Des images de « ma faute » me revenaient sans cesse comme si j’étais chaque fois rappelée à l’ordre et happée par une vidéo qui me remontrait ce que j’avais osé faire.