Un article de Isabelle DADVISARD publié le 25 janvier 2017

Possédant un don de médiumnité comme beaucoup d'autres, mais ayant un profil personnel atypique, j'ai décidé de m'aventurer sur le chemin de sa découverte en prenant en compte des contraintes personnelles incontournables.

Je suis chrétienne catholique pratiquante et fort de cela la voyance est interdite mais tout don doit être utilisé, développé et mis au service des autres. Je suis née à la campagne avec un tempérament pragmatique et concret, de plus je suis scientifique de formation avec une analyse logique et cartésienne. Pour moi, tout a un sens, ce qui ne semble pas en avoir est dû simplement au fait que nous en ignorons les codes de lecture et de décryptage. Issue de la vieille noblesse française, j'ai hérité d'un patrimoine ou l'histoire, la famille est très importante. Tout autant que l'honneur, l'éthique, la droiture et le respect de l'autre qui ont été pendant des siècles, la raison d'être de ce milieu au sein de la société. Dans ce monde d'aujourd'hui qui a tant évolué et fort de ce don, je me suis laissée guider par mon instinct et suis allée à la rencontre de certaines approches qui m'ont laissées sur ma faim et où je n'ai pas perçu de garde de fou sécurisant en cas de déviance. Alors je suis partie seule à l'aventure et j'ai découvert comment apaiser nos ancêtres de leur souffrance, dont il reste une trace énergétique importante chez leurs descendants, déclenchant des symptômes parfois très perturbants et même invalidants.

La bienveillance, la rigueur et l’intégrité demeurent les piliers essentiels de cette approche : « La bienveillance et la compassion touchent à une dimension essentielle de la déliance qui de démarque de certaines approches (notamment d’analyse transgénérationnelle) qui tendent à envisager l’histoire familiale, celle des aïeux, comme responsable, au sens coupable, des blessures d’aujourd’hui. C’est pourquoi, jusqu’à présent, nombre de démarches consistent à vouloir couper les liens du passé sans mesurer les conséquences d’un tel acte. Loin de vouloir chercher des responsabilités pour accuser ceux qui nous ont précédés, c’est bien l’inverse que je propose. La déliance, le dénouement des nœuds permet de garder, par ce lien, les richesses d’un passé ineffaçable. Parfois aussi, les nœuds existent tout simplement dans le vécu de la personne. Une peur, un acte traumatisant, une culpabilité s’est cristallisée. La déliance accompagne alors vraiment la libération du blocage. »   Poussée par mon cousin prêtre j'ai écrit ce livre : « Comment devenir riche de son passé » mettre un lien quand la référence sera publiée qui décrit ma façon de travailler et ses champs d'application qui évoluent chaque jour. Il ouvre un nouveau terrain de recherche et de thérapie, et laisse entrevoir de nouvelles approches auxquelles d'ores et déjà certains thérapeutes sont sensibles.

Déliance des nœuds transgénérationnels

La Déliance Transgénérationnelle consiste à dénouer les nœuds traumatiques du passé familial avec bienveillance, sans jamais couper les liens qui nous relient à nos ancêtres. Grâce à un accès par les images, réelles ou symboliques à l'origine des traumatismes, la Déliance s'opère par l'accueil en images d'une solution libératrice jamais vécue, même des siècles en arrière. Cela génère un chemin de cicatrisation des blessures du passé et la désactivation de la résonance négative du vécu d'origine.

Cible

La Déliance cible tout type de patient malade physique, psychique ou comportemental et juste en quête de sens. Comprendre leur souffrance, y mettre du sens, des mots sur des ressentis, des douleurs qui deviennent insurmontables comme si elles n’ont pas une raison logique d’exister… Lorsqu’ils découvrent la détresse d’un ancêtre ayant eu un vécu encore plus lourd que le leur, ils mesurent alors l’enjeu de la situation et accueillent la déliance avec respect.

D’autres patients sont dans une quête de sens, pure. Ils ont souvent beaucoup cheminé et sont parfois devenus soignants, thérapeutes, soucieux de l’humain. Par la déliance, ils ont vécu des dénouements leur permettant d’être plus justes, percutants et pointus dans leur technique.

Sa pratique depuis neuf ans semble amener à une révolution dans l'établissement d'un diagnostic prenant en compte la totalité de l'être et de son patrimoine génétique.

Contexte 

Pourquoi les choix que nous faisons sont souvent conditionnés par notre histoire familiale? Comment cherchons-nous en permanence à garder un équilibre dans cette histoire, même s'il s'avère négatif pour nous-même? La Déliance nous conduit au cœur d'un labyrinthe dont il nous montre que l'on peut en déjouer les pièges, ceux dont ont souffert nos ancêtres, et sortir de situations, vécues comme des impasses, qui ne nous appartiennent pas.

Les thèmes abordés sont infinis comme la culpabilité, la victimisation, les peurs, les phobies, la place dans la vie, les TIC, TOC, addiction de toute sorte, les violences, l'inceste déstructurant l'arbre généalogique, les secrets de famille...

En retrouvant l'histoire du nœud qui est à l'origine d'un mal-être, d'un dysfonctionnement ou d'une pathologie plus prononcée, la déliance apporte le dénouement des situations bloquantes, qui ont créé un nœud physique, psychique, comportemental, parce que le deuil de ces histoires traumatisantes n'a pas été fait. Leur mise à jour permet de préciser les faits, de retrouver les circonstances réelles du vécu passé et de générer le dénouement qui n'a pu être effectué à l'époque.

Mais attention défaire des nœuds ne soigne pas mais libère de nouvelles opportunités parfois surprenantes.

Caractère novateur 

Être impacté par la souffrance de nos ancêtres n'est plus à démontrer. Aller à sa rencontre et trouver le moyen de désactiver sa résonance inscrite des siècles en arrière est complètement novateur. C'est participer au nettoyage de nos racines pour s'autoriser à développer notre ramure. Différentes thérapies sont déjà dans la Déliance, ostéopathie, psychophanie, kinésiologie... mais aucune ne passe par l'image et le sens pour dénouer le transgénérationnel et libérer l'énergie vitale.

L'image, vecteur d'information provenant de notre inconscient est beaucoup plus juste que tous les souvenirs que nous avons parfois modifié et elle donne accès à une vérité troublante mais libératrice. La complémentarité avec les autres thérapies est fondamentale : tout symptôme n'est pas le problème, il est en réalité la solution d'équilibre pour compenser une souffrance intérieure. L'éliminer sans tenir compte de la cause du déclenchement remet le patient en déséquilibre.

Description détaillée 

Une séance de déliance se passe en trois étapes, aller à la rencontre des émotions perturbantes, engager la déliance en cheminant sur le chemin de la souffrance et chercher les images libératrices, puis mettre à jour les référentiels de comportement.

Chacun sait aujourd’hui que parler de son trauma ne suffit pas et risque même d’aggraver la charge émotionnelle. Revenir à l’origine du problème n’est pas résoudre ni même apaiser. Notre inconscient est le seul à savoir comment s’est constitué notre patrimoine depuis la nuit des temps et en connaît seul le chemin de libération. Certaines thérapies s’arrêtent à ce niveau de découverte, et le patient est laissé seul avec ces nouvelles informations dans l’attente du processus de libération qui devrait se faire naturellement. Or parfois rien ne vient, pourquoi ? La déliance permet à ces traumas de se libérer eux-mêmes en leur donnant un espace d’expression et d’évolution.

Imaginez que nous démarrons une réunion à trois, l’inconscient de mon patient a beaucoup de choses à raconter à son conscient et je sers de réceptrice et de traductrice. Je suis aussi celle qui mène la réunion pour m’assurer que nous irons à la déliance, phase incontournable de ma séance.

Le premier objectif est de mettre à jour les situations générant du stress émotionnel. J'utilise mes mains pour me connecter sur le cerveau émotionnel en ayant une main près de l'oreille gauche et la droite cherche autour du cerveau les émotions qui le perturbent. Je les accueille chacune séparément et délicatement. C'est un moment très important pour le patient car il découvre ses émotions connues ou parfois mal définies se mettre à jour avec une infinie précision. Des parents sont très surpris de découvrir que leur enfant connaît l'existence d'une fausse couche ou d'un secret.

Puis je me positionne sur l'axe mental, oreille droite cerveau gauche, mes mains servant de capteurs, et je vais chercher le thème de la séance. Les images suivantes sont toutes en lien avec la précédente et accompagnent la suivante, pour nous amener à la problématique à traiter. Le but est d'avoir une compréhension du sujet puis de demander la solution attendue, elle se génère en images : elle est la solution jamais vécue du vivant de la personne mais celle qu'elle attend pour s'apaiser. Étonnamment une succession d'images de libération en découle.

Ensuite, je fais la mise à jour des référentiels fonctionnels ou plus exactement la mise en lumière des nouveaux modes de fonctionnements possibles de mon patient sur le plan mental, émotionnel, spirituel (ou sens de sa vie), corporel au niveau des genoux (relation aux autres) et aux pieds (dynamique pour avancer). Je cherche une image avant la séance et une image après pour intégrer le changement opérable dès la sortie du cabinet. C'est un potentiel activable et non un futur annoncé.

Cette approche nécessite des règles d'éthique draconiennes qui je ne rappellerai jamais assez, sont fondamentales. Elles s’articulent autour d’une règle vitale : se respecter en allant au bout de soi-même et respecter l’espace de l’autre. Personne n’est parfait, mais avoir cette conscience de la nécessité de cette limite permet de percevoir lorsque celle-ci a été dépassée et de retourner dans son espace propre.

S’interdire de voir les yeux ouverts. Ne pas voir pour voir ou savoir, mais voir ce que la souffrance est prête à exprimer. Lors de la séance, il est fondamental de préserver l’intimité du patient. Ne pas vouloir soigner ou sauver son patient par risque d’être intrusif et de le déstabiliser. Verbaliser et confronter les visions avec le patient permet d'ajuster le décodage. Chercher à atteindre les images d’apaisement avec ténacité même si elles peuvent parfois être confuses et complexes. Travailler de façon structurée, avec un processus de descente en profondeur et de remontée pour restituer au patient la richesse du travail opéré.

Dans ce travail, l’image est le support principal et toutes les autres perceptions viennent enrichir et préciser les images reçues. Cela peut être aussi bien une odeur, un son, un ressenti physique, une atmosphère. Pour cela, il est nécessaire d’être dans une réceptivité totale. C’est vraiment de la claire-perception. Il est important d’avoir la capacité à être dans l’empathie totale, caméléon, avec une grande ouverture d’esprit. Être capable d’accueillir toute information de tout ordre, même la plus grave.

Type d’image de référence

Au fil du temps, je me suis constituée un dictionnaire de base, avec des codes de lecture qui me parlent. C’est comme apprendre une nouvelle langue. Au début, il faut appréhender les mots de base, incontournables, la grammaire, la syntaxe, les adjectifs qui donnent les détails éclairants et l’articulation de l’ensemble.

Le fauteuil s'est imposé comme incontournable avec le choix de forme : un hamac, un tabouret, un fauteuil Louis XVI, une chaise de campagne. Sa lecture est infinie, car parfois le fauteuil n’a aucun pied, où l’un deux est cassé, où ceux de l’arrière ont disparu. L’assise donne vraiment l’idée de la place que l’on a dans sa vie, confortable, provisoire, mouvementée, trouée, mortifère. Le dossier me parle de la confiance en soi. C’est la partie contre laquelle s’appuie votre dos, à qui vous devez faire confiance pour vous reposer, relâcher vos tensions. Donc en fonction des détails fournis, j’ai tout de suite une clé de lecture. Les accoudoirs vont me préciser comment le patient peut compter sur ses parents. Le gauche pour le père, le droit pour la mère. Parfois il est en biais, sous le tissu il y a des pics, il est à moitié dessiné, il est collé à un mur. Plus je suis attentive, plus il m’est donné de précisions pour bien appréhender la situation présentée.

Mais il y a aussi le tableau, les piliers, les murs, la plomberie, les câblages électriques et j'en passe. De nombreuses références symboliques aux contes, mythes, paraboles interviennent aussi, sans parler de références religieuses bien sûr. Les animaux les végétaux sont souvent illustrés intervenant dans le cycle de la vie et dans notre système de survie animal.

Bienfaits 

Il est difficile de nommé les bienfaits sans préciser que tous les bénéfices tirés proviennent du patient qui a osé s'aventurer sur le chemin de libération. Et ce n'est pas si facile, bien que beaucoup l'abordent avec la soif de vivre. Le plus beau cadeau m'a été offert par une enfant autiste de 3 ans qui s'est réveillée en fin de séance, elle nous a vu ! Mais attention tous ses symptômes ne sont pas partis, mais sa conscience étant là, elle a pu se mettre en chemin de restauration pour elle-même, elle parle aujourd'hui.

Vous trouverez dans mon livre de nombreux exemples mais affirmer un résultat potentiel j'en suis incapable, chaque cas étant unique. Tout ce que je peux dire c'est que la déliance du nœud traité est à vie, que nous sommes contraints par des milliers de nœuds et souvent il faut du temps selon le degré de cristallisation de la souffrance pour en mesurer l'effet. La particularité de cette approche est de faire évoluer les référentiels naturels sans les contrôler par le mental.

Chaque patient sortant d'une séance a à disposition de nouvelles clés de fonctionnement mises à jour. Qu'il en soit conscient ou pas (les enfants par ex) ses référentiels ont évolué, il peut toujours utiliser les vieux programmes, les vieux schémas ou s'autoriser à s'aventurer sur une nouvelle voie. Il est vraiment dans son libre choix. Parfois malgré sa volonté rien ne vient, car d'autres nœuds ou raisons bloquent la possibilité d'amélioration. Mais il n'a rien à faire de spécial sauf d'être attentif à toute possibilité s'ouvrant à lui. Pour les parents, il leur est donné des clés d'accompagnement pour leur enfant. Certains patients vont même oublier leur dysfonctionnement et vivre naturellement autrement, ce sera leur entourage qui leur en fera la remarque. Chassez le naturel il revient au galop, transformez le, il s'inscrit pour demain.

Caractère reproductible

Je ne parlerai pas de reproductibilité mais de transmission de savoir-faire. Cette approche touchant aux axes suivants : mental, émotionnel, spirituel et physique sur les couches superficielles jusqu'aux plus profondes de chacun, il n'est pas donné à tout le monde d'y accéder avec la plus grande intégrité, sans prise de pouvoir ou même volonté de sauver à l'insu du patient.

Beaucoup se lanceront peut-être dans l'aventure, mais je mettrai vraiment en garde ceux qui sont trop impulsifs car je suis persuadée que l'on peut se perdre et se fourvoyer. "Qui va piano va sano".

A mon avis à la base, toute personne pouvant communiquer avec l'inconscient en images peut faire de la déliance. Cependant la vigilance doit être présente à chaque instant car il est facile de tomber dans le fossé en ayant le nez sur la ligne blanche. Pour étoffer mes règles d'éthique, j'envisage de mettre en forme les concepts de structure qui s'édifient au fil de mes séances et qui m'éclairent à tout moment.

Faisabilité technique 

La Déliance est opérationnelle depuis 9 ans, cette approche s'affine chaque jour par l'expérience. J'en suis à ce jour et à ma connaissance la seule pratiquante.

Pour ce faire il faut être médium à la base, être pratiquant REIKI pour ajuster son flux énergétique et respecter des règles d'éthique fondamentales. Je forme à ce jour une personne qui va devenir un soutien indispensable pour sa diffusion. Seulement du temps est nécessaire pour en intégrer les concepts, la rigueur et la traduction des images. Celle-ci s'aborde vraiment comme une langue étrangère. Mon expérience quotidienne me prouve qu'un travail très poussé sur soi et son histoire est fondamental pour ne pas se perdre et rester centrer.

La diffusion récente de mon livre où j'explique clairement mon approche m'a déjà permis de rentrer en contact avec des personnes susceptibles d'être formées, mais je ne peux encore donner aucun délai.

Développement en recherches médicales

La collégialité de cette pratique avec la médecine, tant dans le domaine psychologique, physique, comportementale et même génétique laisse envisager une transformation radicale de la lecture des symptômes et donc de leur traitement.

Les recherches dans le domaine médical ou para-médical sont déjà très avancées mais cette approche invite à revisiter nos savoirs en l'abordant sous d'autres angles d'analyse. Pour mieux me faire comprendre, nous avons regaré l'humain sur ses multiples facettes mais nous n'en avons pas une vue globale où rien ne serait mis de côté.

Certaines de mes images m'ont amené à des suppositions sur la formation de la cellule, de son patrimoine, de ses modifications anormales. Certes ce ne sont que des observations empiriques qui mériteraient d'être approfondies pour mieux ajuster les thérapies envisagées. Par exemple vouloir corriger un gène malade sans savoir pour quelle raison il s'est transformé, risque de mettre le patient en situation de grand danger. Fort de mes observations, toute modification anormale est en réalité un ordre de compensation et non le problème d'origine.

Partant de ce point de vue revisiter notre analyse de l'humain ouvrirait un champ de possible inestimable.

Potentiel

Prendre le temps d'identifier les causes traumatiques, les désamorcer si possible, devrait ouvrir un champ de réussite inespéré pour tous les symptômes, quel qu’il soit. Cette pratique pourrait devenir un complément indispensable à la médecine de demain si ce n'est sa clé de voûte.

Cette approche est fabuleusement riche d’enseignements, car elle ouvre à mes yeux la singularité et la complexité infinie de chaque être, bien au-delà de l’imaginable. Dans cette dynamique j’ai été guidée par le mieux-être de mes patients, leur ouverture progressive à une nouvelle réalité d’eux-mêmes et une reprise en main de leur destinée. Cette lecture des souffrances montre à quel point le même symptôme nous emmène vers des causes absolument uniques et entièrement personnelles. C’est une nouvelle approche qui mériterait d’être explorée en profondeur. Je perçois déjà, ainsi que les soignants avec lesquels j’ai collaboré pour l’évolution, en particulier, d’enfants autistes, de nombreux champs d’investigation. Je crois profondément à l’effet papillon, j'espère que la Déliance Transgénérationnelle donnera un nouveau petit coup d’aile, une impulsion nouvelle vers une approche fédératrice du soin de l’Homme de demain.

L'auteur

Isabelle DADVISARD

Isabelle DADVISARD

Energéticienne pratiquant la Déliance Transgénérationnelle

Enfance campagnarde au coeur de la nature, issue d'une famille soucieuse de ses origines, j'ai construit ma vie sur des bases très scientifique et logique. Informaticienne de décision durant 14 ans suivie d'une pause pour accompagner mes enfants et me recentrer sur les essentiels. Depuis 12 ans je pratique la Déliance Transgénérationnelle créée en m'appuyant sur mon don de médiumnité. C'est aller à la rencontre de la souffrance ancestrale des patients pour mettre à jour une délivrance en attente