Article pubié en octobre 2011

Anne Ancelin Schützenberger est une psychologue française, également psychothérapeute et professeur émérite à l'université de Nice Sophia Antipolis, où elle a dirigé pendant une vingtaine d'années le laboratoire de psychologie sociale et clinique.

Le grand mérite d'Anne Ancelin Schützenberger est d'avoir dévoilé au grand public ses travaux sur la psychogénéalogie, grâce à son livre "Aie, mes aïeux", qui permit de rendre l'approche du transgénérationnel accessible à un grand nombre de personnes et à beaucoup de thérapeutes d'intégrer dans leur pratique cet aspect générationnel dans l'histoire des individus.

Les spécificités d'Anne Ancelin Schüzenberger tiennent à son attention particulière au contexte: les phénomènes et situations sont saisis dans leur système, dans leur contexte familial, historique, économique, culturel, national et psycho-historique.

La richesse de son approche tient à la variété de ses éclairages: psychologie, psychanalyse, psychologie sociale, anthropologie culturelle, thérapie familiale et communication non verbale (langage du corps et utilisation de l'espace "corps, espace, temps").

Ses travaux avec le psychosociologue Jacob Levy Moreno aux USA, sa découverte du génosociogramme alliée à sa formation psychanalytique, lui permirent les découvertes qu'elle partage dans son livre « Aïe, mes aïeux ».

Anne Ancelin Schützenberger affirme que contrairement à l’idée reçue, tout n’est pas transmis par nos seuls père et mère. Ainsi une investigation des arbres généalogiques permettrait de découvrir les personnalités de chacun et d’améliorer son action en se connaissant mieux soi-même.

Le principal concept mis en avant par Anne Ancelin Schützenberger est celui de syndrome d'anniversaire. Cette théorie est basée sur le constat que nous sommes, psychologiquement, la résultante de notre histoire familiale, sur plusieurs générations. Selon sa théorie, des conflits non résolus faisant partie de la vie de nos ancêtres, ainsi que les non-dits et secrets de famille, peuvent rejaillir ou se répéter sur plusieurs décennies a des dates signifiantes.

Une analyse des arbres généalogiques, et des archives familiales à l’aide d’un génosociogramme , permet de détecter ces transmissions et leurs conséquences sur la vie des descendants.

La connaissance par l'analysant de sa propre histoire familiale permet à celui-ci d'avoir un outil qui peut l’aider à infléchir le cours de sa vie en évitant de tomber dans des boucles de répétitions dont il n'avait pas conscience ou dont il avait l'impression d'être prisonnier.

Voir aussi